Histoires à succès

Le BIC, un format idéal pour tous

Le BIC, un format idéal pour tous

À quelques mois de lancer sa première entreprise, Mireille Laroche se réjouit d’avoir pu bénéficier des séminaires du Business InfoCentre.

L’entrepreneure bilingue Mireille Laroche a lancé à Steinbach sa première entreprise, The Silhouette Company, une boutique de lingerie abordable pour les femmes matures de taille 38 et plus et de bonnet D ou plus.

Pour mener à bien ce projet, elle a pu compter sur l’aide et les conseils du Business InfoCentre (BIC) au World Trade Centre (WTC) Winnipeg. « J’ai utilisé le BIC quatre fois entre novembre et décembre 2014, indique Mireille Laroche. Ça a bien répondu à la plupart de mes questions. »

L’entrepreneure a notamment apprécié le format des sessions offertes par le BIC. «  Elles sont courtes, ce qui permet d’y participer plus facilement, les groupes étaient assez petits donc c’était plus intime, plus confortable pour poser des questions et avoir des réponses, et toutes étaient vraiment bien menées.

« C’était presque du conseil un à un!, se réjouit-elle. Je recommande le BIC à toute personne qui veut se lancer en affaires, ou même qui est déjà en affaires. »

En effet, Mireille Laroche a été impressionnée par la variété de sujets proposés. « On peut choisir ceux qui nous intéressent, mais tous sont excellents, très utiles et offrent beaucoup d’information d’intérêt, assure l’entrepreneure. Même pour ceux qui sont déjà en affaires, il y a toujours davantage à apprendre des séminaires du BIC.

« Et si tu ne peux pas y assister, poursuit-elle, il y a toujours la possibilité de le faire par Webinaire! Je l’ai fait plusieurs fois et ça marche vraiment bien. »

Aujourd’hui, Mireille Laroche se concentre sur l’ouverture dans les prochains mois de sa boutique de lingerie, tout en gardant un œil sur les séminaires programmés du BIC. « Je retournerai au BIC, c’est certain! », conclut-elle.

Une aide précieuse, même à distance

Une aide précieuse, même à distance

Plongés dans le monde de l’entrepreneuriat quand une opportunité de rachat d’entreprise s’est présentée à eux, Jessica et Ashley Houle ont pu compter sur l’aide précieuse et avisée du Business InfoCentre.

Quand l’employé d’A Plus Plumbing & Heating situé à Dauphin, Ashley Houle, et son épouse Jessica Houle, se sont vus offrir à l’été 2014 l’opportunité de racheter l’entreprise, la décision méritait réflexion.

« On n’avait aucune expérience en entrepreneuriat, raconte Jessica Houle. J’étais une administratrice et Ashley était plombier. On avait donc tout à apprendre. »

Pour cela, celle qui est devenue copropriétaire avec son mari d’A Plus Plumbing & Heating en mars 2015 a pu compter sur l’aide du Business InfoCentre (BIC) du World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg).

« J’ai fait beaucoup de recherches sur l’Internet à propos de comment faire un plan d’affaires, mais je préférais parler à quelqu’un de local, se souvient Jessica Houle. Je voulais un contact plus personnel avec quelqu’un qui saurait ce que ça comprend d’avoir une petite entreprise au Manitoba. C’est ainsi que j’ai trouvé le BIC. »

Auprès du BIC, Jessica Houle a donc suivi plusieurs formations pendant l’été 2014, notamment celles sur la création d’un plan d’affaires et des finances.

« L’un des plus grands avantages du BIC pour moi, c’est que je pouvais suivre ces formations depuis ma cuisine à Dauphin, par Webinaire, souligne-t-elle. Je n’ai pas eu besoin de me déplacer à Winnipeg. C’était un atout très important car j’étais en fin de grossesse à ce moment-là.

« De plus, les modérateurs étaient excellents, se réjouit-elle. Ils ont vraiment fait en sorte que je me sente incluse dans le groupe, même à distance, et ils ont été d’une aide précieuse. Mes questions ont été largement répondues. »

« Si j’avais besoin d’autre information, c’est la première place où j’irais, conclut Jessica Houle. Je recommande vraiment le BIC à tout entrepreneur. Ils ont toujours su me fournir exactement ce que je cherchais jusqu’aux moindres détails. Avec le BIC, j’ai eu un accès facile à toute la connaissance dont j’avais besoin. »

De la Chine au Canada en passant par le BIC

De la Chine au Canada en passant par le BIC

Originaire de la Chine, Benjamin Zhang est en affaires depuis de nombreuses années. Il connaît très bien les défis de l’entrepreneuriat et les a relevés à maintes reprises. Dans son pays natal, il dirigeait une compagnie d’impression.

Pourtant, quand il a décidé, après avoir immigré au Manitoba en 2012 avec sa famille, de créer avec son partenaire d’affaire, Kun Qian, une entreprise de fabrication de surfaces en quartz et granite faites à la main pour cuisines, salles de bains ou tout autre espace intérieur et extérieur, Winnipeg Stonetops, il était heureux de pouvoir compter sur l’appui du Business InfoCentre (BIC) au World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg).

« J’ai toutes les connaissances nécessaires pour faire des affaires en Chine, mais faire des affaires au Canada est très différent, explique Benjamin Zhang. J’avais donc besoin de quelqu’un pour m’expliquer les règles au Canada et ce que je devais faire pour les respecter. Le BIC m’a offert cette aide. »

Le BIC l’a également appuyé en rassemblant pour lui de l’information de qualité sur le marché des surfaces en pierre. « Je ne connaissais pas non plus le marché local, se souvient le président de Winnipeg Stonetops. Je devais savoir quelle était son importance avant de me lancer.

« Grâce aux recherches du BIC, j’ai notamment appris que 70 % des maisons avaient encore des surfaces laminées et non en pierre, ce qui représente une opportunité intéressante pour nous », se réjouit-il.

C’est aussi en assistant à différents séminaires offerts par le BIC que Benjamin Zhang a trouvé réponses à ses questions, par exemple comment établir son nom d’entreprise au Canada.

« Les séminaires m’ont été très bénéfiques, mais c’est surtout l’aide individualisée qui a dépassé mes espérances, confie l’entrepreneur. Chaque fois que j’ai posé une question j’ai eu une réponse satisfaisante, et très vite. »

Entre autres, Benjamin Zhang a encore beaucoup de questions au sujet des ressources humaines et des contrats pour employés au Canada.

« Je recommande le BIC pour toute personne qui veut se lancer en affaires, conclut-il. Ils sont toujours à la hauteur pour aider, quelle que soit la question posée. »

Winnipeg Stonetops est en activité depuis janvier 2015 et comptera bientôt quatre employés. Le président espère pouvoir acquérir une machine-outil à commande numérique d’ici trois ans, ce qui permettra de répondre à un plus gros volume de demandes.

Une aide précieuse

Une aide précieuse

Le Business InfoCentre a non seulement aidé Francine Poitras dans sa recherche de marché, mais elle y a aussi reçu des conseils inestimables pour mieux réussir en affaire.

Ancienne employée de Hands of Hope, un organisme de charité dans le nord de Winnipeg, Francine Poitras a développé un œil pour les objets antiques de valeur et a été aux premières loges pour constater les besoins en ameublement pour les gens moins fortunés de Winnipeg. Elle a donc créé en 2013-2014 sa propre compagnie de revente de biens à la suite d’un décès ou d’un déménagement, Where do I start?

Avec un réseau de d’organismes de charité, de collectionneurs et d’acheteurs; Francine peut placer presque tous les objets et est passionnée par les trois «R» : réduire, réutiliser et recycler.

Si Francine Poitras s’est très vite lancée en affaire, elle l’a fait dans un premier temps sans véritable plan d’affaire ni expertise en affaires. C’est pour y remédier qu’elle est venue frapper, il y a un an, à la porte du Business InfoCentre (BIC) au World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg).

« J’avais cherché ailleurs mais je ne trouvais pas ce que je voulais, se souvient-elle. Avec le BIC, il y a des sessions sur tout ce qu’on veut, et c’est gratuit! C’est une ressource incroyable. »

Francine Poitras a notamment apprécié l’aide personnalisée des employés du BIC. « Un chercheur du BIC a fait beaucoup de recherche de marché pour moi et ça m’a vraiment aidée, se réjouit-elle. Je n’aurais pas pu faire toute ces recherches toute seule, je ne savais pas même où commencer. Ça m’aurait pris des jours, il l’a fait en 24 heures sans frais! »

Elle a aussi suivi une session sur les techniques de réseautage et d’auto-motivation. « Le meilleur conseil que j’ai reçu au BIC, c’est à quel point il est important quand on travaille de chez soi de ne pas rester en pyjama mais de se lever, se préparer et aller travailler dans un espace spécifique de la maison, confie-t-elle. Cette autodiscipline m’aide à rester motivée. »

Outre les bons conseils reçus, Francine Poitras a apprécié rencontrer d’autres entrepreneurs au BIC pour faire du réseautage et tester auprès d’eux ses idées.

Au moment d’écrire ces lignes, la nouvelle entrepreneure comptait bien profiter encore des services du BIC. « Début février, je suivrai une session sur les médias sociaux, termine-t-elle. J’ai très hâte car je ne suis pas très douée en informatique, et pourtant c’est de plus en plus nécessaire pour bien réussir en affaire. Je suis également intéressée par des sessions au sujet des impôts. »

Efficace et chaleureux

Efficace et chaleureux

Pour Startup Winnipeg, les services du Business InfoCentre sont de qualité exceptionnelle non seulement au niveau professionnel, mais aussi humain.

C’est à l’occasion du Ramp Up Weekend de 2013 à Winnipeg que Chris Johnson, co-fondateur de Startup Winnipeg, et l’entrepreneur Dustin Refvik, ont fait la connaissance du Business InfoCentre (BIC) du World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg).

« Le BIC nous a fourni des services de recherche gratuits sur place, raconte Chris Johnson. Depuis, on l’utilise souvent. Le BIC est excellent à trouver de l’information très spécifique sur nos marchés, indispensable pour bâtir sa stratégie de développement. Sans leur aide, on perdrait beaucoup de temps et d’argent à chercher cette information nous-même ou en embauchant des firmes de consultation.

Avoir une base solide d’information pour y bâtir ses projections et ses hypothèses de croissance est très important pour la recherche d’investissement. Le BIC offre exactement cela », poursuit-il.

Chris Johnson a également participé à quelques séminaires offerts par le BIC, notamment ceux sur les plans d’affaire, de marketing, et d’opérations et finances.

« Ces séminaires touchent un large éventail de sujets très à la page, affirme-t-il. Ils donnent de très bons outils, surtout quand on ne sait pas où commencer. J’y ai moi-même trouvé beaucoup d’information dans des domaines où j’étais plutôt faible. »

Pour sa part, Dustin Refvik préfère l’appui individualisé du BIC aux séminaires de groupe. « La plus grande valeur du BIC, estime-t-il, c’est leur service de recherche gratuit, d’une efficacité qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs ».

Quelle que soit sa demande, « le BIC a toujours été en mesure de m’apporter une réponse rapide, ciblée et détaillée, se réjouit-il. Les employés du BIC savent vraiment bien comment utiliser les outils de recherche. Le temps passé avec eux, c’est du temps bien dépensé, et ça nous en laisse ensuite pour s’occuper du cœur de nos projets! »

Et si le BIC n’a pas très vite la réponse, « ils connaissent tout le monde donc ils peuvent nous réorienter, assure Chris Johnson. Le BIC est extrêmement bien connecté dans le monde des affaires manitobain ».

Si les compétences de l’équipe du BIC surpassent les attentes de Startup Winnipeg, c’est aussi son attitude qui donne envie de revenir.

« Le BIC est un endroit confortable pour poser des questions et rassembler de l’information, sans jamais se sentir intimidé », termine Chris Johnson. Il veut juste t’aider à te rendre où tu veux aller en partant d’où tu es, et il le fait de la façon la plus chaleureuse et amicale possible. »

Un soutien inébranlable

Un soutien inébranlable

Je suis une gourmet autoproclamée et l’unique propriétaire de Bessie’s Best. J’ai récemment emménagé dans cette province en suivant mon cœur et, ce faisant, j’ai pu réaliser un rêve de longue date en devenant ma propre patronne ! Il y a un peu plus de deux ans, j’ai démarré une petite entreprise offrant des trempettes et sauces méditerranéennes complètement naturelles et biologiques.

Un déménagement et le lancement d’une nouvelle entreprise apportent son lot de défis. Pour parler franchement, l’absence du réconfort d’une famille et de systèmes de soutien familiers a été pour moi une expérience difficile, effrayante et parfois carrément frustrante. Je suis très reconnaissante d’avoir croisé le personnel merveilleux du Business InfoCentre (BIC), situé au sein du World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg), qui a contribué à adoucir une partie de cette adversité.

J’aimerais saisir cette occasion pour remercier le personnel du BIC du service extraordinaire qu’il m’a donné et de son soutien inébranlable au cours de cette période d’humilité, mais aussi très palpitante. Les efforts et le souci du détail des employés ne sont pas passés inaperçus. Ils m’ont offert un appui, une sagesse et un savoir précieux. L’équipe du BIC compte l’un des meilleurs chercheurs avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer. Sans son soutien continu, bon nombre de plans d’affaires ne seraient pas complétés, sans parler des nombreuses nuits d’insomnie.

Je suis aussi reconnaissante pour les ateliers pratiques auxquels j’ai participé. Faire la rencontre de chefs de file dans leurs domaines a été une expérience très bénéfique.

Essentiellement, il me serait impossible d’attribuer une valeur monétaire à tout l’encouragement, la compréhension, les conseils et l’expérience pratique que j’ai reçus de la part du BIC. De nos jours, la plupart des gens ne consacrent pas de temps à offrir un soutien véritable. Je serai toujours redevable au WTC Winnipeg et reconnaissante de pouvoir compter sur son équipe.

Une collaboration gagnante-gagnante

Une collaboration gagnante-gagnante

Le Centre d’entreprise des femmes du Manitoba (acronyme anglais WECM) et le Business InfoCentre du World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg) se sont toujours entraidés au bénéfice des femmes d’affaires.

Ayant signé un mémorandum d’entente avec le World Trade Centre Winnipeg dès la création de ce dernier en octobre 2012 afin de se référer l’un l’autre des clients, c’est en toute logique que le WECM collabore aujourd’hui avec le Business InfoCentre (BIC), un nouveau département au services des PME au sein du WTC Winnipeg.

« Le WTC Winnipeg et nous, avons toujours partagé nos bonnes pratiques, affirme la présidente-directrice générale du WECM, Sandra Altner. Le BIC offre des ressources dont nos clientes ont besoin, notamment des capacités de recherche de qualité inégalée, et le BIC en retour peut nous référer les femmes entrepreneures qu’ils rencontrent pour qu’elles bénéficient de nos services spécialisés. On s’envoie tout le temps des clients! »

Plus que d’être une source de clientèle l’un pour l’autre, les deux organismes se sont aussi adaptés pour travailler plus efficacement ensemble pour le bien de leurs clients entrepreneurs.

« Plutôt que de dédoubler nos forces, on travaille ensemble et on fait notre promotion mutuelle, se réjouit Sandra Altner. Par exemple, notre grande force au WECM est la formation à créer un plan d’affaires, mais pour ce qui est du reste, nous avons réduit notre offre de séminaires car on savait qu’une même offre de qualité existait déjà au BIC. »

« De plus, le BIC assiste souvent à nos évènements et il est commanditaire depuis 2015 de certaines de nos activités comme nos déjeuners d’affaires mensuels et nos évènements de réseautage. Quant à nous, nous ne manquons pas de faire la promotion de leurs évènements dans notre bulletin et notre site-web. »

Cette collaboration est gagnante pour le BIC comme le WECM qui se font doublement connaître des entrepreneurs, mais aussi, surtout, pour la communauté entrepreneuriale manitobaine qui peut compter sur un soutien fort, durable, efficace et cohérent.

« Et c’est tellement un plaisir de travailler avec le personnel du BIC, ils sont ouverts à toute suggestion pour que l’on s’entraide mutuellement, que j’entrevois encore beaucoup de futures collaborations, conclut Sandra Altner. Les possibilités sont nombreuses quand le partenariat est sain et gagnant! »

Des idées à garder dans chaque séminaire

Des idées à garder dans chaque séminaire

En décembre 2010, Sheryl Watt a eu l’idée d’offrir de l’aide aux aidants naturels en pour qu’ils puissent partir en vacances ou en voyage d’affaire, ou encore maintenir leur style de vie, leur carrière et leur emploi pendant que quelqu’un de confiance s’occupe des besoins immédiats ou futurs de leurs proches. Elle a créé la marque bedside champion™ by SYNER-G CARE Inc. pour rassembler tous les services offerts et établir un nom officiel envers ce personnel clé dont le rôle est notamment la représentation des patients et de leurs droits en plus de la navigation des différentes étapes à franchir.

 

Les auto-entrepreneurs qui auraient besoin de séjourner à l’hôpital sont aussi ciblés avec notamment un service de réception d’appels et de courriels pendant leur absence, leur permettant de ne pas fermer l’entreprise pendant ce moment critique. De plus, du personnel de bedside champion™ peut aussi leur être assigné avant, pendant ou après le traitement pour une tranquillité d’esprit maximum.

 

« Personne ne peut être à deux endroits en même temps, confie Sheryl Watt. On aide les gens à gérer de front leurs multiples priorités, comme leur santé, leur famille et leur emploi.»

Si bedside champion™ by SYNER-G CARE Inc. connaît déjà du succès, c’est notamment grâce à l’aide du Business InfoCentre (BIC) au World Trade Centre Winnipeg (WTC Winnipeg).

« Dès 2014, je suis venue au BIC pour de l’information et en juillet 2016 j’ai rencontré un agent d’information pour discuter du processus de dépôt de marque, raconte Sheryl Watt. Les employés du BIC m’ont beaucoup aidée tout au long du processus, et grâce à eux j’ai pu me trouver un excellent agent à l’Office de la propriété intellectuelle du Canada qui a pris en charge mon dossier. Prendre un agent plutôt que le faire moi-même est d’ailleurs l’un des meilleurs conseils que j’ai reçus du BIC. »

Elle a aussi assisté à 18 séminaires du BIC. « Le plus appréciable, souligne-t-elle, c’est qu’on peut participer à ces séminaires à distance depuis son bureau. À plusieurs reprises j’étais en voyage d’affaires, ou entre deux rencontres, mais grâce à cette fonctionnalité, je n’ai manqué aucun des séminaires du BIC. De plus, ils sont gratuits! »

Elle se réjouit également des opportunités de réseautage que ces séminaires offrent, « y compris quand on y assiste en ligne car on a toujours la possibilité de se présenter ainsi que son entreprise et ses services. De plus, on peut utiliser la fonction de clavardage pour discuter avec d’autres participants en ligne. »

Aujourd’hui, Sheryl Watt continue de se servir de nombreuses idées prises dans chacun des séminaires du BIC auxquels elle a participé, allant de comment tarifer ses services au plan d’affaire en une page. « C’est une excellente feuille de route à revoir chaque matin avant de commencer à travailler, affirme-t-elle. Ça m’aide à me concentrer sur les activités clés requises pour développer et accroître mes affaires au lieu d’être prise dans les tâches journalières. »

Enfin, l’entrepreneure garde en haute estime un voyage jusqu’à la frontière américaine avec le BIC. « Ça a été une opportunité incroyable d’en apprendre plus sur l’art de faire affaire avec les États-Unis. Et c’était tellement bien organisé dans les moindres détails, j’étais épatée », termine Sheryl Watt.

Le BIC, un must absolu

Le BIC, un must absolu

Linda Lazarowich, dite Linda Laz, s’est rendue au Business InfoCentre (BIC) du World Trade Centre Winnipeg plusieurs fois en 2014 et 2015, pour faire avancer son projet d’entreprise ProWearGear, un projet de commercialisation de vêtements protecteurs inédits pour les forces de police, militaires et de sécurité.

« Mes vêtements les protègeront d’une lame de couteau, d’un pic à glace, d’un feu ou encore d’une morsure de serpent, tout en restant flexibles et légers, assure Linda Laz. De plus, j’ai créé une ligne de vêtements pour hommes et une autre pour femmes. On trouve de plus en plus de femmes dans ces professions, or les vêtements spécialisés qui sont actuellement sur le marché ne respectent pas leurs formes corporelles. »

Si ProWearGear existe déjà depuis 2006, ce n’est qu’en juillet 2015 que ses produits seront finalement commercialisés, d’abord au Canada puis peut-être ailleurs dans le monde. En effet, Linda Laz a obtenu son brevet de commercialisation au Canada en mai 2015 et elle est en attente de ceux aux États-Unis et en Europe.

Afin de bien réussir son entrée sur le marché, la fondatrice et présidente-directrice générale de ProWearGear a donc fait appel au BIC.

« Le BIC, c’est un comptoir unique où on peut trouver d’excellentes ressources et ateliers dans toutes sortes de domaines qui nous préoccupent, sans compter l’opportunité de réseautage, se réjouit Linda Laz. C’est une ressource primaire en matière de marketing, ventes, appels d’offres, tenue de livres, etc. »

« Quelle que soit la question, on a de fortes chances de trouver au BIC un séminaire sur le sujet, de plus on peut y participer en personne ou par Webinaire! »

Linda Laz a elle-même apprécié pouvoir y suivre un séminaire sur « un nouveau programme fédéral que je voulais mieux comprendre ».

En outre, elle fait l’éloge du service personnalisé qu’offre le BIC. « Je leur avais dit ce que je recherchais, et ils m’ont eux-mêmes appelé pour me parler des séminaires qu’ils offraient et qui pouvaient m’intéresser, souligne Linda Laz. Un tel service, c’est presque du jamais vu! »

« De même, quand le BIC n’a pas de réponse à une question, ils font tout leur possible pour nous mettre en contact avec quelqu’un qui saura nous répondre. »

Ainsi, c’est sans hésitation que Linda Laz conclut que « le BIC est un must absolu pour tous ceux qui considèrent créer une entreprise ».

Se lancer en affaire avec le BIC

Se lancer en affaire avec le BIC

Sur les conseils de son institution financière, l’Assiniboine Credit Union, l’entrepreneur manitobain Adam Penner a poussé en avril 2014 les portes du tout nouvel InfoCentre d’affaires (BIC) du World Trade Centre Winnipeg. Il ne l’a pas regretté.

« J’ai assisté à la plupart des séminaires offerts par le BIC, raconte Adam Penner. Ils portaient sur différents aspects du monde des affaires, comme par exemple les outils et idées de marketing, ou encore de financement. C’était très enrichissant. Ça m’a vraiment éclairé sur de nombreux détails auxquels on ne pense pas toujours. »

Adam Penner a pour projet de mettre sur pied une entreprise de moulage ou sculpture du béton en objets artistiques tels que des fontaines ou encore des bassins d’oiseaux.

« Il reste encore beaucoup à faire avant que mon entreprise ne soit lancée, mais grâce au BIC, je me sens déjà beaucoup mieux éduqué sur la question des affaires, conclut-il. D’ailleurs, je planifie y retourner. J’attends avec impatience l’arrivée des nouveaux séminaires de la prochaine saison. »